Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Entretien



Après avoir été formée aux techniques de la peinture ancienne comme copiste au Louvre, j’ai voulu appréhender la peinture d’une autre façon et me détacher des représentations réalistes et de la ressemblance. Mon goût s’est développé vers l’abstraction en m’éloignant du monde sensible. J’ai été influencée par de nombreux artistes, notamment ceux qui privilégient leurs sensations aux codes esthétiques, au sens de la remarque de Cézanne « la peinture ne dit rien, mais résonne ». Parmi mes préférés figurent de Staël, Soulages, Rotko, Boudin, et d’autres qui ne se souciaient guère de créer un style nouveau mais recherchaient leur propre vérité.

Kandinsky disait que la loi de l’art est dictée par la « nécessité intérieure » de l’artiste. Je me définis comme une artiste « en squat » désireuse de m’engager dans la création artistique à partir de ma propre expérience, sans m’aviser des tendances du moment, même si je sais que l’interaction entre l’artiste et le monde qui l’entoure est nécessaire et en partie inconsciente.

Au fond ma source d’inspiration est une construction. Je m’efforce d’atteindre avec les formes, les couleurs et les contrastes un équilibre sobre, sans rigidité, où l’harmonie est rompue par quelques dissonances. Cet équilibre est la transformation d’un trouble en calme apparent. Mon impression quand je peins est celle d’une confrontation ou plutôt d’une évasion à la réalité, comme si l’impuissance du monde matériel ne pouvait se dépasser que dans la paix de l’âme. Je finis par trouver une certaine sérénité quand ma vision s’échappe de moi en coups de pinceaux autonomes, impulsifs, jusqu’à ce que ma toile ait gagné sa liberté.

J’ai fréquenté de nombreux ateliers parisiens, suivi des cours à l’École des Arts Décoratifs de Paris et aux Beaux-Arts de Bâle. Depuis je me suis frayé un chemin personnel dans un style abstrait, en travaillant sur une technique mixte de peinture et de collage. J’ai été aidée en chemin par plusieurs relations de soutien, comme le collectionneur Jacques Hachuel ou le peintre Jacques Gati, qui par leurs commandes ou leurs encouragements m’ont donné confiance. J’ai travaillé avec la galerie DansLeCiel à Mougins et présenté des œuvres dans plusieurs expositions de groupe, notamment aux Salons d’Automne en France, en Chine et en Israël, à la galerie Agora à New York et au Salon des Artistes Français. La galerie Collection Privée à Paris me représente aujourd’hui. Mon travail est aussi en ligne sur les sites artprice et artstack.

Mes peintures laissent parfois entrevoir une réalité. Sans être voulue, j’aime que cette connivence avec le réel gagne le cœur et l’esprit du spectateur. Mes clients sont souvent des créateurs, des professions libérales ou des passionnés qui accrochent une toile parce qu’elle leur plaît. Mais cela va plus loin. Mes compositions structurales sont fondées sur l’interaction entre l’opacité de certaines couleurs ou de divers éléments de collage et la transparence du papier de soie, tendue comme une toile intangible pour estomper les contours et accroître la profondeur. Invisible et présente derrière ce voile, j’essaie de traduire un équilibre, de penser avec les formes, d’accorder les couleurs. Mes peintures offrent une variation de perspectives, loin de l’esthétique du « jamais vu », où se retrouvent ceux qui ont foi dans le sens fragile et partiel de la vie. La multiplicité des points de vue possibles sont pour le spectateur autant de fenêtres à ouvrir sur les façons de comprendre malgré le chaos en laissant libre cours à son imaginaire.

Pendant longtemps mes œuvres se sont nourries de paysages abstraits et de larges surfaces comme la glace, un mur ou le ciel, offrant une palette d’une même tonalité interrompue par de rares touches de couleurs vives et de traits noirs. Ensuite j’ai fait communiquer les mondes intérieur et extérieur au moyen de fenêtres, permettant aux regards d’errer dans un espace imaginaire. Les fenêtres du premier plan se tiennent à distance, arcanes ni proches ni lointaines, de l’arrière-plan qui les enveloppe. Je travaille parfois cette cohérence spatiale sur des triptyques. Le démantèlement du contenu entre un panneau central et deux panneaux latéraux me permet de mettre en correspondance les tons et les couleurs, sans confusion, tandis que chacun d’eux, vu séparément, montre le superficiel, les plis du réel à la surface, ce qui vit « à fleur de peau » dans sa lumière propre et à sa manière.

Références

Galerie Collection Privée, Paris

Artistes Contemporains, Maison des Artistes

artprice, Place de Marché Normalisée

ArtStack, art online

Agora Gallery, New York, The French Perspective : Contemporary from France, juillet 2014

Jacques Hachuel, Advisory Board de la Fondation Guggenheim (New York), Royal Academy of Fine Arts (Espagne)


Réalisation : Octavo